top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJessica

Médecine orientale VS médecine occidentale

Dernière mise à jour : 7 sept. 2023

Si la médecine occidentale nous apparait souvent être une solution rapide et efficace pour apaiser ou faire disparaitre un symptôme, on s’aperçoit aujourd’hui qu’elle n’est pas une réponse à tout. Car dans la médecine que nous connaissons, nombreuses sont les dimensions de l’être qui ne sont pas prises en compte, et même passées sous silence. Bien souvent, les remèdes allopathiques ne sont autres que des pansements que l’on applique sur la plaie pour ne plus la voir. Bien sûr, parfois ces pansements s’avèrent très efficaces et surtout salvateurs, notamment dans le soulagement d’une douleur ou bien la guérison d’une maladie lourde. Sans diaboliser l’aide précieuse que cette médecine peut nous apporter, il est tout de même important d’observer qu’en avalant un médicament dans un grand verre d’eau et en attendant le « miracle », nous oublions de regarder tout ce qui se passe dans notre corps, et de nous poser des questions essentielles. Sitôt la douleur oubliée, nous revoilà retournés à notre routine habituelle, celle-là même qui parfois peut-être la cause de ce trouble physique que nous venons de gommer d’une simple gorgée.

Cela étant posé, il me semble important de ne pas se culpabiliser outre mesure.
J'ai mal --> j'ai un remède qui fonctionne --> je le prends et je suis soulagé

Mais peut-être qu’au lieu d’effacer le trouble de notre mémoire, de faire comme s’il n’avait jamais existé en attendant la prochaine crise, il serait intéressant de se questionner. Se questionner sur la cause, sur la source du mal-être, et, allons plus loin, sur le message !

LES MESSAGES DU CORPS

Quand je parle de message, ce n’est pas pour nous noyer dans un jargon spirituo-ésotérique alambiqué, mais plutôt pour nous inviter à voir au-delà de ce qui est clairement visible ou perceptible par nos sens premiers. Savoir que j’ai mal à la tête et qu’un antalgique me soulage et évite que la douleur ne s’éternise, ça, c’est ce que je peux aisément percevoir par mes sens. Être suffisamment à l’écoute de mon corps pour comprendre que ces migraines sont la résultante de tenions au niveau de mes épaules et de ma nuque reste encore relativement accessible à toute personne qui prend le temps de s’observer. Envisager que ces tensions sont en lien avec une énergie stagnante dans le méridien du foie et/ou de la vésicule biliaire, lui/eux-même(s) dysfonctionnant(s) à cause d’un certain mode de vie, et plus incroyable encore, du regard que je porte sur la vie et de ma façon de l’appréhender, devient tout de suite bien plus abstrait pour la plupart d’entre nous.

Pourtant, si nous restons dans cet exemple, le foie et la vésicule biliaire sont des organes très sensibles au sentiment de colère, à l’amertume et à la jalousie. Si je suis souvent confronté à ces émotions (consciemment ou non), alors ces organes vont en subir les effets. L’organe peut être touché directement, ou bien seulement son méridien, c’est-à-dire l’énergie de cet organe. La circulation de l’énergie va s’en trouver déséquilibrée, soit se densifier à outrance, soit se vider et ralentir, mais dans tous les cas elle sera disharmonieuse. Apparaitrons bientôt des tensions, parfois des troubles occulaires, des migraines et plus encore selon le degré du dysfonctionnement.

REVENIR A NOTRE NATURE CYCLIQUE

Regarder le corps dans son ensemble c’est ramener l’humain à sa nature cyclique. Chaque état du corps est fonction d’un autre. Un état de fatigue chronique par exemple peut-être relatif à un état émotionnel qui vient peser sur l’estomac (doute & préoccupation) ou fragiliser le rein (peur & angoisse). A l’inverse, un rein fragile de naissance aura tendance à faire naître chez la personne des peurs et des phobies. Nous sommes là face à un cercle dit « vicieux » ou chaque dysfonctionnement engendre le suivant. C’est alors que la médecine orientale va tenter de transformer ce cycle en un cercle vertueux, où chaque étape de guérison aura un impact positif sur une autre.

Dans les médecines orientales bien connues citons la MTC (médecine traditionnelle chinoise), l’Ayurveda, et bien évidemment le Shiatsu. Ce sont des médecines qui empreintent la voie du corps par le massage, l’acupression, l’acupuncture, la moxa thérapie etc., mais qui s’intéressent aussi au mode de vie du patient dans son ensemble : sa façon de s’alimenter, de dormir, mais aussi la manière dont son corps agit et réagit, occupe l’espace, se déplace. Ou encore la manière dont la personne appréhende sa vie et son environnement, les émotions qui sont les siennes…

REGARDER L'ÊTRE DANS SON ENSEMBLE

Regarder l’être dans son ensemble est un des trésors de la médecine orientale. Tandis que la médecine occidentale traite un symptôme, en médecine orientale nous ne recherchons pas une maladie spécifique, mais nous essayons de diagnostiquer le phénomène maladif qui se produit chez un individu en particulier. Nous considérons le patient comme unique, et prenons en compte sa constitution première, autant que son mode de vie. Nous tentons de découvrir pourquoi une maladie s’est développée sur le terrain de cette personne et travaillons à partir de là, plutôt que chercher une guérison radicale. L’idée étant de traiter le symptôme en même temps que le terrain dans lequel ce symptôme prend racines.

En bref, plutôt que de faire taire un état, la médecine orientale va aller voir le phénomène responsable de cet état, à savoir tant son origine que la façon dont il est entretenu et alimenté par le patient lui-même. Prendre le trouble à la source permet non seulement d’apaiser la maladie, mais aussi d’aller en soigner les causes, et redonne au patient la responsabilité de sa santé en le guidant à la fois vers un mode de vie plus sain et vers un apaisement émotionnel bien souvent fondamental.

Jessica TESTUT
L'Art de Soi
12.08.23



16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page