HH.jpg
JBGG.jpg

Cercles de femmes en éveil     
Un voyage au cœur de la matrice

Couleurs de Soi

Les ateliers Couleurs de Soi
Espace MAROSA, 5 rue Saint Bruno, 13004 MARSEILLE

Ici, nous voyagerons sur les chemins de notre âme, de notre lumière, et de nos couleurs intérieures. Une créativité instinctive, intuitive, pour une révélation de soi. Nous partirons à la rencontre de notre essence profonde pour recueillir, dans la présence la plus complète, les messages de notre âme. Dans un élan libérateur, une reliance à soi, au monde, au grand tout. Des ateliers pour explorer en toute confiance nos énergies féminines, dans la sensitivité et la sensualité de la présence.

Dans ces ateliers, nous appréhenderons ensemble certaines techniques picturales (peinture, argile, dessin, collage…), qui ne seront autre que des supports de création, des appuis nous permettant d'explorer en toute sécurité et en toute liberté nos inspirations profondes. Grâce à la méditation, la danse, le voyage au tambour, le chant, le rituel chamanique et l’approche de l’énergie tantrique vous serez guidés vers un état modifié de conscience, et nous irons ensemble à la rencontre de notre divinité, de notre universalité, et de notre sensualité. Un voyage au cœur de la matrice.

 

Aucune connaissance technique ou artistique n’est requise… laissez-vous guider par l’âme-agit !

14 Janvier 2023

Portrait d’âme – Entendre les messages de notre âme

 

04 Février 2023

Résurgence – A la rencontre de nos eaux profondes

 

11 Mars 2023

Eveil de la femme solaire – Faire jaillir le feu sacré

 

01 Avril 2023

Exploration sensuelle – A la rencontre de l’énergie de vie

 

13 Mai 2023

Beauté intime – A la rencontre de l’autre

 

10 Juin 2023

La voix de l’âme – Retour à la source

Nos rencontres
Le samedi après-midi de 14h à 17h

cercle.jpg

Tarifs

Adhérents : 55€

Non-adhérents : 60€

Adhésion au cycle complet : 300€

Adhésion à l'association Pachamama : 15€

ou par téléphone au

06 70 74 82 06

                 

 

MES INSPIRATIONS, MON PARCOURS

Cet atelier est venu à moi avec douceur, avec lenteur, comme susurré à mon oreille et à mon cœur par les petites étapes de la vie. Depuis plusieurs années maintenant, je pratique le chamanisme, le tantra, la pleine présence et la pleine conscience. Au fil du temps, mon art se teinte de ces notes inspirantes, m’emporte dans des contrées intérieures riches et fascinantes, et se colore peu à peu de nuances vastes et profondes ; un espace hors du temps, un lieu d’introspection et de reliance à soi et au Grand Tout. Cet espace ne s’est pas dessiné en moi en quelques jours, bien au contraire, il se façonne et se peaufine toujours davantage : il s’agit d’une véritable expérimentation, un sentier qui se forme sous mes pas au gré de mes aventures de vie. Et si cette spiritualité que je vis au quotidien s’insinue dans ma peinture, je la sens aussi de plus en plus présente dans cette autre dimension que j’explore dans mon travail : celle de la transmission et du partage.

Au début, que ce soit pour mon travail artistique ou bien pour les ateliers que je propose (et je fais ce parallèle car les deux sont intimement liés pour moi) cet élan n’était qu’une vague intuition… Je me voyais, un jour peut-être, plus tard, quand je serai prête (et tout ce que le mental peut se raconter pour nous limiter) m’engager dans un processus de création et de transmission empreint de ce feu sacré, de cette vitalité qui part de notre centre. Je ressentais une énergie toute féminine, entre présence, puissance et sensualité de l’instant. Et pourtant, je construisais mes ateliers avec ma tête et proposais des séances mixtes de développement personnel. Je peignais avec mes peurs et mes fragilités des tableaux remplis de douceur et de sensibilité certes, mais éclairés faiblement, comme recouverts d’un voile illusoire et pudique.

 

Le chamanisme m’a fait cheminer et m’a permis de me libérer de beaucoup de maux, de lourdeurs, de croyances.

 

Le tantra est venu continuer ce processus intérieur de libération, et m’a conduite sur des chemins encore plus vastes, au cœur d’un univers sacré. J’y ai rencontré ma puissance de vie, ma puissance de création, mon feu. J’y ai découvert la confiance et la foi. J’y ai côtoyé la divinité de mon âme, mais aussi la force de la présence. J’ai expérimenté la subtilité enrobante avec laquelle l’âme et le corps entrent en contact, dans une danse charnelle, incarnée, originelle.

Créer avec son ventre, avec ses tripes, avec son hara, c’est trouver la juste place entre la pulsion instinctive et l’intuition.

L’instinct, cet élan primaire qui prend ses racines dans la terre, nous pousse à expulser de nos entrailles cette vie qui nous anime, pour l’exprimer et l’offrir au monde. L’intuition est pour moi une inspiration spontanée, qui peut prendre plusieurs voix, de la plus douce à la plus explosive, mais qui dans tous les cas se veut révélatrice et éclairante. Le juste centre, à la croisée entre instinct et intuition, voilà une thématique bien passionnante à mes yeux, une dimension que je souhaite aujourd’hui expérimenter dans ma pratique personnelle, et partager, comme un cadeau qui m’aurait été donné dans le but d’être relayé.

SENSUALITÉ ET PRÉSENCE

Pour moi, sensualité et présence ne font qu’un. Cela peut paraître étonnant d’évoquer la sensualité mais à mes yeux, ce mot est une résonnance : il contient en lui une myriade de notions et de significations qui se complètent, se soutiennent, se révèlent les unes les autres : la sensitivité, la sensibilité, la volupté, la plénitude… Toutes ces notions qui ont attrait au corps permettent d’explorer le prisme de l’incarnation. Sensibilité et sensitivité évoquent les sens, par lesquels nous goutons et nous délectons du monde. Volupté et plénitude évoquent pour moi la beauté, la rondeur, le plaisir, cet espace de féminité en nous (homme et femme) qui peut accueillir les plus précieux instants de vie. La sensualité, c’est cette faculté de ressentir le monde à travers ses sens, ses émotions. C’est aussi offrir au monde sa sensibilité, son émotivité, sa vulnérabilité. C’est un cycle vertueux de réceptivité et de don de soi, une expression de soi épurée, simple et délicate. Être en lien avec ses sens, qu’ils soient corporels (les 5 sens), émotionnels, psychiques ou spirituels, nous fait contacter la présence de l’instant. Car en portant notre attention sur les sons, les parfums, les couleurs et la lumière, les pensées, les sensations, les émotions qui nous traversent, nous entrons en contact direct avec le moment présent.

 

Mais la sensualité revêt aussi un caractère plus expressif, plus charnel, voire érotique. Loin des clichés que l’on attribue à ce terme, c’est une part qui me semble juste d’explorer aussi, pour son aspect généreux et manifeste (voir là la sensualité comme moyen d’expression, une manifestation de l’être). Car l’incarnation en elle-même n’est-elle pas l’expérience la plus charnelle qui soit ? Nous noterons bien sûr l’étymologie commune à ces deux mots ; l’âme qui prend corps, la vie qui prend chair. Et si nous continuons à nous intéresser à l’étymologie, l’érotisme symbolise l’amour, le désir, qui sont d’autres notions plus que nécessaire à l’existence. Aux mots « sensuel », « charnel », « érotique » sont rendus leur sens profond et leur éclat premier, ils ne portent alors plus en eux un caractère uniquement luxurieux mais participe à la construction de l’humain, de la vie, de la vitalité : c’est simplement être à travers les sens, l’amour et le désir de création et de réalisation de soi.

Ainsi, découvrir l’instant présent à travers ses sens et sensations permet d’ancrer en soi la dimension subtil de l’être, de se connecter à sa capacité d’accueil et de réception, de s’immerger dans son intériorité profonde et de contacter notre puissance de création.

Mais allons plus loin…

SENSUALITÉ, PRÉSENCE ET PUISSANCE

La présence, comme évoqué ci-dessus, permet un temps d’arrêt pour laisser place aux sensations et émotions. C’est dans cet arrêt, dans ce temps qui se met en pause et s’étire à l’infini que chacun peut contacter son être intérieur. C’est dans cet espace que l’on peut, délestés des peurs et des projections, s’autoriser à s’écouter SOI, écouter sa vérité. C’est dans cette écoute passive et inspirante que résonne notre essence. La présence nous connecte. Elle connecte au soi et au-delà, et c’est dans cette immersion totale au cœur de notre être que nous rencontrons l’essence de la vie, le Grand Tout, et l’universalité de toute chose. Nous entrons en contact avec notre grandeur, nos potentiels infinis, notre force primitive et notre puissance primordiale.

Cette puissance, nous pouvons la trouver plus précisément dans notre bassin, dans notre matrice. Comme un chaudron de vie, un feu sacré qui repose là et qui peut être activé en une montée vibratoire. C’est ce qu’on appelle la montée de la Kundalini. Cette énergie sexuelle qui n’est autre que l’énergie de création, cette énergie de vie, est un véritable trésor, une douce et puissante accompagnatrice qui nous guide sur les chemins de l’éveil, nous montre une nouvelle voie où être et action se confondent. Nous ne sommes alors plus ce que nous faisons, mais nous faisons ce que nous sommes. Nos créations, nos projets, nos désirs, nos élans ne sont plus des réflexions mentales où logique et rationalité priment, mais des aspirations et inspirations profondément ressenties, vécues de l’intérieur. Nous n’en connaissons plus ni l’origine ni la cause, si ce n’est ce sentiment d’une graine qui s’est infiltrée en nous et dont nous avons le soin de nous occuper. C’est cela pour moi, la puissance du féminin.

Une fois cette connexion avec notre puissance établie une première fois, il est important de l’entretenir, de la faire vivre en soi et autour de soi.

Cette énergie de vie qui se trouve dans notre bassin, peut être activée par divers moyens. L’art, la méditation, la peinture, le travail de la terre, la danse, la transe, sont autant de voies qui s’offrent à moi pour explorer et faire exister l’Energie de vie. L’aborder sous le prisme de la sensualité est pour moi un chemin d’éveil qui se veut libérateur et transformateur. C’est un chemin initiatique de transcendance qui offre à la femme la possibilité de s’établir dans son corps, dans son être de chair, afin d’y trouver une intimité de soi à soi. Dans cette intimité pourra alors s’ouvrir un espace de lumière, un univers sacré et précieux pour entrer dans une toute nouvelle gestation : celle de la conception d’un monde porté par la vibration du féminin, entre douceur et puissance ; entre instinct et intuition ; entre sensualité et présence.

 

Jessica Testut

Article
                             L'éveil du féminin